Le 30 Avril 2013 : ou la journée du fail ultime ! Volume 1.

Je saute un peu dans le temps pour vous raconter LA journée la plus marquante de mon séjour en Guadeloupe.

Plus marquante que le premier jour où j’ai fais caca après une semaine d’attente (ami(e)s du glamour BON-JOUR !). Plus marquante que le moment où une chauve-souris à chassé Becky de son fauteuil. BREF !

Le 30 Avril est une journée comme les autres. On se lève tard (vers 8h30 ouah !), petit-déjeuner, on se penche sur la carte pour savoir ce que l’on va faire de nos heures perdues. Idée : et si on allait aux bains chauds, propose-je.

Me laissant le choix de la destination, Becky s’en va faire la vaisselle et à son retour je propose les bains chauds de Matouba, non loin de la Soufrière (le volcan du coin).

Image
Histoire de pouvoir se situer un peu

« Mais quelle merveilleuse idée ! » s’exclame Becky (bon peut-être pas autant mais c’est moi qui raconte). Un coup de téléphone aux deux autres compañeras pour avoir leur accord et on est dans la voiture (oui en fait on est dans la voiture 1h après le coup de téléphone parce qu’on est des meufs et qu’on met 3 plombes à se préparer v_v).

A Pointe-à-Pitre on ne récupère qu’une seule des deux car l’autre étant un peu malade, préfère rester sur son canapé. Qui aurait cru qu’elle passerait une meilleure journée que nous ?

Les trois mousquetaires de la rando sont en route !

On traverse donc la Basse Terre direction St Claude (alors…qui c’est qui est content d’avoir la carte maintenant XD). Tranquillement on traverse donc la ville, direction Matouba (du même nom que l’eau de source) et c’est là que les ennuis commencent.

Becky détestant faire de démarrages en côtes, la ville décida de mettre 3km de travaux UNIQUEMENT en pente. Livré avec feux rouges et agents de circulation ! Après ce qui semblait être une éternité nous passons enfin devant l’usine de Matouba.

On doit être sur la bonne route alors…LOL !

Et ça grimpe (nous sommes en montagne). Ça tourne, ça grimpe, ça tourne et çaaa griiimpe. Mais la tuture ainsi que notre chauffeur s’en tirent plutôt bien. Au bout d’un bon moment, je commence à me demander où nous sommes, n’ayant croisé personne sur le chemin, le doute m’habite.

Tiens la route se rétrécit. Mais il en faut plus pour inquiéter les 3 mousquetaires !

A un carrefour (en pente !) nous avons le choix entre une impasse ou le chemin de machin-truc (j’ai oublié le nom). Je regarde donc sur la carte et voit qu’au bout de la départementale il le nom de machin-truc. Ce doit être donc la bonne direction…LOL !

On prend donc à droite sur une route aussi fine que les cuisses de Kate Moss, avec des branches très friendly qui viennent racler la bagnole (de location rappelons-le) et là : « bonjour monsieur le boeuf ! » Oui nous croisons un boeuf, comme ça.

En haut d’une petite côte (que j’appellerais ensuite l’Ultime Côte), notre chauffeur commence à douter sérieusement de la qualité du chemin. N’écoutant que son courage, la Chrissou sort de la voiture…et là il pleut ! Elle descend l’Ultime Côte,se faisant accueillir par des biquettes toutes mignonnes et nous annonce sous une pluie battante : « La route s’arrête là !!! ».

Ah…Je sors aussi de la voiture, vais voir (on ne sait jamais) et effectivement il n’y a plus de route. Que faire ? Comment faire demi-tour ? Oh je sais ! Et si elle (Becky) descendait jusqu’en bas pour faire le tour dans le petit champ…LOL (j’en ai eu des bonnes idées ce jour là v_v)

Ce que nous ne savions pas c’est qu’il avait tellement plut que le petit champ en question c’était transformé en véritable bourbier. Mais Becky n’écoutant que nos (mes) conseils bien avisés s’exécute et…BAM ! La bagnole s’enfonce et percute un connard de rocher planqué sous de la végétation >_< (je tiens à rappeler que c’était une voiture de location…sinon c’est pas drôle). Après un temps d’arrêt « merde on a tapé la bagnole » notre chauffeur tente une marche arrière…inutile puisque la voiture est enfoncée dans la boue.

Mais là que vois-je ??? Un sac bien épais en tulle ou je ne sais quoi. Mettant en application ce que j’ai appris dans Walking Dead (merci la TV), je cale le sac sous le pneu pour qu’il puisse adhérer et tandis que Becky fait marche arrière nous poussons la voiture : VICTOIRE !!!

Enfin…pas encore. Voyez-vous, le demi-tour étant impossible, la voiture devait remonter en marche arrière sur la place des boeufs (l’endroit où on a croiser le boeuf qui est en fait une madame). Hors l’Ultime Côte ne s’appelle pas l’Ultime Côte pour rien.

Image

Publicités

Et toi tu en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s