Da Vinci’s Demons Saison 1 – la critique de mi-saison

by kewinbadler

Quelle bonne surprise que voilà !

Je farfouillais sur le site de Starz qui produit The White Queen qui a déjà mon affection quand je vois : Da Vinci’s Demons by David S. Goyer. Intriguée je clique sur la vidéo de bande annonce. Je dois bien vous avouer que j’ai d’abord ri aux éclats en me disant : « mais c’est quoi cette merde ? »

Mais ma curiosité étant quasiment sans limite, je me procure le plus vite possible la première saison.

De base je ne m’attend donc pas à grand chose de folichon voire même de la bonne série B. Et bien pas du tout !

Je fut surprise par la qualité de production, les personnages bien fait, les dialogues ciselés et souvent très drôle et l’histoire aux accents de fantastique. Comme vous pouvez le lire ici : https://lebalziblog.wordpress.com/2013/06/24/da-vincis-code-pilot-the-hanged-man/ le pilot m’a totalement bluffé et j’ai réellement accroché comme j’ai peu accroché à des séries par le passé. The Hanged Man est le 4ème pilot à m’avoir autant excité à base de « je veux la suite MAINTENANT ! »

C’est avec un engouement certain que j’entame le reste de la première saison. Et à ma plus grande joie, chaque épisode est meilleur que le précédent. L’intrigue avance à pas feutrés et s’enfonce un peu plus dans les noirceurs de l’Histoire. Les pièces du puzzle se mettent en place sans pour autant en révéler trop du premier coup.

Les personnages s’étoffent et si l’on peut reprocher à ce nouveau Da Vinci d’être un peu trop Sherlock Holmes version Downey Jr, je dirais que le traitement du génie au cinéma comme à la télévision est un canon classique, un carcan immuable. Le génie se doit d’être cynique à l’ego surdimensionné, car le monde et les gens autour de lui ne sont pas à la hauteur de son intellect etson esprit est bien trop affuté pour le commun des mortels. Le génie est aussi un homme faible, rongé par un désir de vengeance ou de connaissance tel qu’il en devient obsédé. Parfois doué de bonté, le génie n’agit pas par pure générosité. Aucun de ses actes, aucune de ses paroles n’est gratuite. Tout est calculé, tout à un but.

L’interprétation de Tom Riley fait sens et n’a rien à envier à un Simon Baker (Mentalist) par exemple.

Da Vinci’s Demons possède une originalité et un ton qui me plaisent tout à fait. Non seulement c’est une série divertissante mais accrocheuse au possible. Le postulat de base est assez fou pour qu’on pardonne à la série ses erreurs, volontaire ou non, et quelques passages what the fuck.

Je ne peux pas trouver quelque chose de mauvais du moment que l’on me donne les règles du jeu dés le début. Si Da Vinci’s Demons se voulait être une série réaliste comme l’était Rome, effectivement je hurlerais au scandale mais ce n’est pas le cas.

Da Vinci’s Demon est une série à costume fantastique s’inspirant de fait réels et les remaniant selon son bon plaisir. On pourrait presque parler d’uchronie.

Et comme toute bonne série en costume il y a un générique, du sexe, du sang et des complots.

En attendant de voir la suite j’offre en toute légitimité un 9/10 à cette première moitié de saison. Et je le dis haut et fort que pour l’instant je préfère de loin Da Vinci’s Demons à Game of Thrones car même si j’adore la série de HBO qui est excellente et très bien produite, le bébé de Starz a réussi à me surprendre et ce n’est pas une mince affaire !

Publicités

Et toi tu en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s