Chroniques de New York #1 : départ pour la Grosse Pomme

Parce qu’avant Nowel, Balzi se fait un petit plaisir et se casse de l’autre côté de l’Atlantique pour deux semaines et sans le mari *liiibre enfiiin*

1455196_731923130168816_468170518_n

Le bon plan dodo sur New York qui est une ville qui coûte la peau du cul : une amie, Mlle M, qui effectue un stage au prestigieux Metropolitan Museum. Du coup la journée je serais all alone dans la ville à me perdre un peu partout et à choper des ampoules aux pieds !

Pour cette première chronique, laissez moi vous raconter mon voyage (à bord de la compagnie United Airlines) ainsi que mon arrivée à Neeeew Yooooork *Alicia Keys’ style*

Déjà il y a eu les adieux au chéri. Démarche classique, qui souvent ne me fait pas grand chose. Mais ce jour là, j’avoue avoir eu du mal à retenir mes larmes tandis que je lui disais au revoir depuis mon tapis roulant qui m’emmenait aux portes d’embarquement. Chéri, si tu lis ça…je nierais tout en bloc !

Dans l’avion (oui parce qu’entre temps il ne s’est pas passé des choses incroyables), côté hublot, juste derrière l’aile (ma place favorite), j’ai Mr Hypster qui s’assoit à côté de moi. Plongé dans ses réflexions intenses – sous sa coupe de cheveux savamment travaillé – qu’il couche sur du papier Moleskin, l’air de rien. Tandis que je regarde Flu, un film coréen sur une épidémie mortelle et dégueulasse, lui regarde le dernier Woody Allen. Par contre Mr Hypster ne sait pas mettre la pause donc comme un con à chaque fois qu’il est interrompu – par un stewart ou sa vessie – il galère à revenir en arrière ! Bref ! L’observer entre deux siestes et deux films fut source de grande joie – t surtout de moquerie – pour moi. Je l’imagine bien : auteur en devenir qui vit entre Paris et New York et ne produit jamais vraiment rien. Je l’imagine avec des amis peintres ou sculpteurs dans des galeries hype/chelou.

7h50 de trajet plus tard et entendre le capitaine nous dire « mesdames et messieurs nous arrivons avec 50′ d’avance sur l’horaire prévue », ouvrir le petit volet du hublot et voir à l’horizon : New York. BIM ! On retient les grosses larmes, again ! OH MY GOD L’EMPIRE STATE BUILDING !!! OU EST KING KONG ???

540864

Juste avant de poser le pied sur le continent Américain, on rempli un petit papier nous demandant où on va, pourquoi on y va, qu’est-ce qu’on rapporte et combien ça coûte. Le petit hic c’est que moi, je rapporte de la confiote et du foie gras made in Gers pour la propriétaire de Mlle M – qui soit dit en passant me fait payer 25$ la nuit – et que la viande ou tout produit issu d’un animal est plus ou moins interdit. Bonne joueuse, je coche tout de même les casses concernant la bouffe car si jamais ils m’ouvrent la valise, autant être honnête dès le début !

Je sors de l’avion, je vais pisser (important!) puis j’attend pour passer la « frontière ». Par chance je tombe sur un mec pressé dont j’étais la dernière « cliente ». Petit questionnaire rapide :

Mr : Why are you here ?

Me avec un bon gros accent français : To visit a friend.

Mr : What friend ?

Me : Euuuh Mélanie ?

Mr : What’s she doin here ?

Me :Intership at the Met. Restauration.

Mr : Painting ?

Me : Euuuuh…old windows

Oui parce que trouver comment on dit vitraux, là tout de suite c’est pas possible.

Bref! Je passe la douane, file mon papier à un mec blasé et retrouve immédiatement ma valise (A L’ENVERS SUR LE TAPIS !)

Ensuite, il faut partir en quête du bus qui me conduira à New York. Non parce que le New Jersey…c’est sale et c’est moche (Tony Soprano je m’excuse de cracher sur ton territoire). Le chauffeur, un chinois excité du bulbe, expédie les bagages et les voyageurs à base de : In the bus ! In the bus ! et démarre en trombe ! A l’intérieur du dit bus on a droit à un wifi alternatif. C’est à dire que ton téléphone va te dire « bonne connexion » mais en fait tu ne peux rien envoyer (mail etc). Le hic c’est qu’il faut que je prévienne Mlle M de mon heure d’arrivée. Au final, pas le choix, il faut que j’appelle. Et à 1€ la minute, je vous prie de croire qu’on fait vite! Sauf que Mlle M revient de Philadelphie où elle a passé Thanksgiving et que son bus à du retard. Hmmm intéressant @_@

grand central
là où le chient de Je Suis Une Légende s’est fait croqué !!!

45′ de bus plus tard : Grand Central me voilà. Je rassemble mes affaires, éteins mon MP3, je tourne la tête et là…Melle M !!! On se retient de pousser de petits cris de phoques hystériques mais on on est tout de même heureuses de se retrouver après ces longs mois de séparation. Parce que les mails c’est bien sympa mais ça ne vaut pas une vraie embrassade.

Vient ensuite l’avant dernière étape de mon périple : le métro !!! Épreuve tant redoutée qui au final s’est plutôt bien déroulée. Certes, je me suis laissée faire comme une patate sans poser de questions, mais il faut dire que dans le métro made in New York IL N’Y A PAS D’ESCALATORS NI D’ASCENSEUR !!! Donc joue à Mme Muscle et soulève ta valise de 15 kilos à chaque escaliers aux marches hautes v_v

Enfin bon! Une demi-heure plus tard – après un arrêt à l’Apple Store de la 5ème avenue pour récupérer l’ordi d’un pote – nous voilà enfin chez Mlle M. Il s’agit d’une maison typique de New York située dans l’Upper East Side (Gossip Girl bonjour) pas loin de Harlem, à deux étages. Après avoir posé les affaires et fait connaissance avec la propriétaire, Mlle M et moi partons en quête de boustifaille et moi de déclarer noblement : « BURGER KING !« 

New York … Balzi est là !

Publicités

2 commentaires

Et toi tu en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s