[Les Séries du Grenier] Buffy Contre les Vampires – Saison 1

Buffy saison 1 (dvd promo)

Ce n’est un secret pour personne, et je ne m’en cache pas : Buffy Contre les Vampires est MA série favorite ! Toutes catégories confondues c’est LA série qui m’a marqué et que j’adore revoir à l’infini. Avec les années – et la maturité grandissante – j’ai appris à regarder la série d’un autre oeil. Et si maintenant je repère les faux raccords, les facilités de scénarios et autres incohérences, ça ne gâche en rien mon plaisir et ça flatte ma fibre nostalgique.

Buffy ce fut d’abord un énorme navet cinématographique qui fit les beaux jours des vidéos clubs. C’était un projet aussi ambitieux que frustrant pour son créateur Joss Whedon puisqu’il n’avait pu lui-même réaliser le film qu’il avait en tête et la Buffy 1992 de devenir un objet nanard ultra culte !

C’est en 1997 que Whedon a droit à une seconde chance et déboule sur les écrans de télévision avec une série qui changera à jamais l’univers du PAF et l’écriture des héroïnes. Si en France la série a connu un très bon succès elle est très souvent dénigrée (par des gens qui n’ont vu qu’un ou aucun épisodes d’ailleurs) et n’a pas la place qui lui revient de droit.

Nota Balzi : retrouver ici quelques textes d’études concernant la série.

Bref! Trêve de militantisme et place à la critique.

Putain 20 ans…enfin presque. S’il y a bien une série qui a sa place dans la catégorie Séries du Grenier c’est bien Buffy Contre les Vampires. Et dire que je me souviens encore exactement du moment où j’ai vu pour la première fois la bande annonce de la série qui allait débarquer sur M6 (trilogie du samedi forever !!!) et changer ma vie @_@

I designed the show to create that strong reaction. I designed Buffy to be an icon, to be an emotional experience, to be loved in a way that other shows can’t be loved. Because it’s about adolescence, which is the most important thing people go through in their development, becoming an adult. And it mythologizes it in such a way, such a romantic way-it basically says, ‘Everybody who made it through adolescence is a hero.’ […] I wanted people to internalize it, and make up fantasies where they were in the story, to take it home with them, for it to exist beyond the TV show. And we’ve done exactly that. – Joss Whedon

La première chose qui frappe quand on regarde la saison 1 c’est qu’elle a pris un sacré coup de vieux. Outre la mode 90’s qui fait un sacré come-back en ce moment, il y a le style de la série. Le côté série B (ahah jeu de mots) est plus qu’assumé, il est porté aux nues. C’est du n’importe quoi à chaque épisode, la trame scénaristique est tellement conventionnelle qu’on se dit « et c’est ça qui changea l’univers télévisuel ? » OUI mesdames et messieurs parce que Buffy Contre les Vampires c’est un show fantastique pour ados donc il y a des codes à respecter et on ne produisait pas une séries dans les 90’s comme on en produit aujourd’hui. Mais ce qui fait le charme de la saison 1 c’est justement son pendant nanard avec des histoires abracadabrantesques dont le fond est bien plus riche que ce que l’on peut penser de prime abord.

Buffy & Willow (saison 1)Joss Whedon mélange les genres avec habileté et pose les bases d’un univers sans complexe en imposant sa patte dorénavant reconnue dans le monde entier grâce a ses dialogues pleins d’esprit qui semblent couler de sources et dont on se souvient pendant des années.

Quand on regarde cette première saison avec des yeux du 21ème siècle on se rend compte que malgré le côté bon enfant, sucettes et salopettes il y a une noirceur dans les scénarii de la série. Le spectre de la mort rôde perpétuellement et grandir au lycée de Sunnydale s’avère être encore bien pire que grandir tout court. Les monstres qui hantent nos cauchemars prennent forme et vie dans Buffy et quoi de pire que de mettre des mots, une image sur vos peurs les plus enfouies ?

Joss Whedon ne s’est d’ailleurs jamais caché du fait que les évènements surnaturels qui ont lieu à Sunnydale étaient des métaphores plus ou moins complexes. Ainsi, le démon coincé dans le cyber-espace (S01E08 Moloch/I Robot … You Jane) sert tout simplement a parler des dangers d’internet mais aussi d’un changement de moeurs à venir, car l’informatique grand public et l’interconnectivité n’en n’était qu’à ses balbutiement en 1997.

Excellent trailer de l’intégralité de la saison 1 (contient du spoiler évidemment !)

Si je n’en n’avait jamais douté, revoir la première saison une énième fois aujourd’hui m’a ouvert les yeux sur à quel point Joss Whedon et son équipe avaient un regard à la fois réaliste et avant gardiste sur la société tout en se disant que les adolescents d’aujourd’hui sont exactement les mêmes qu’hier.

Épisode Favoris

Dur, dur de choisir quand il s’agit de ma série favorite. Si tous les épisodes ne se valent pas et que la saison 1 est au final assez moyenne d’un point de vue qualité, je dois bien avouer que j’en garde une affection toute particulière. Il y a énormément de moments que j’adore comme quand Buffy se met en tête de devenir cheerleader et que ça tourne presque au massacre ou encore quand Alex (Xander en VO) se laisse séduire par sa prof qui s’avère être…une mante religieuse. Il y a aussi la marionnette ventriloque diabolique ou encore Le Maître : le premier bad guy de la série aussi envoutant que terrifiant. Mais l’épisode qui me vient immédiatement à l’esprit quand on me demande lequel je préfère dans la première saison c’est l’épisode n°6 Les Hyènes (The Pack en VO).Alex/Xander (Buffy S01E06)

Synopsis : au cours d’une excursion scolaire au zoo,Alex et un groupe de petits cons se retrouvent possédés par l’esprit d’une hyène maléfique et commence à semer la terreur au sein de Sunnydale High.

Whaaaat !!! J’adore ! C’est typiquement le genre d’histoires qu’on retrouverait dans les Contes de la Crypte et autres Creepy et Eerie que j’affectionne tout particulièrement. C’est un épisode très drôle dans lequel Nicholas Brendon (aka Alex/Xander) a la possibilité de jouer dans un autre registre que celui de la comédie. C’est d’ailleurs la première, mais pas la dernière, fois qu’il sera le faire-valoir des forces surnaturelles (et souvent maléfiques) et que l’acteur donnera de petites impulsions géniales à sa performance.

Bilan de la saison 1 :

7/10  

Publicités

5 commentaires

  1. Je suis une grande fan de la série. A l’époque, je passais vraiment pour une débile car les séries c’était pas à la mode ! Personnellement, les saisons 2 et 3 sont mes saisons préférées parce qu’elles sont vraiment très dark. J’ai un peu perdu de mon intérêt après le départ d’Angel, mais je devrais tenter de re-regarder la fin de la série avec mes yeux d’adulte.

    J'aime

    • Les 2 et 3 sont excellentes mais en grandissant j’ai appris à plus apprécier la 4 que je détestais, surtout Riley, à l’époque car je ne me remettais pas du départ d’Angel 🙂 Mais avec les années, le recul, tout ça tout ça j’apprécie le bonhomme et puis sans la saison 4 on aurait pas de Spike 2.0 et ça aurait été dommage ^^

      J'aime

Et toi tu en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s