Gotham : la critique est un plat qui se mange (parfois) froid.

...ou pas !
…ou pas !

La semaine dernière commençait une nouvelle série très attendue, notamment aux USA, sur l’univers de Batman : Gotham. Le personnage principal est le commissaire Gordon durant ses jeunes années. Il débarque tout juste dans la ville la plus pourrie du monde (peut-être juste après Sin City), encore un tantinet naïf, assoiffé de véritable justice et avec une bimbo de Barbara à son bras.

Dès le début je fut sceptique quant à cette nouveauté car un comic existe déjà à ce sujet : Gotham Central, mais que la série, elle, n’est pas une adaptation du dit format papier. La question se pose alors : quel est l’intérêt ?

C’est avec appréhension, mais toujours un esprit ouvert, que je me suis donc lancée dans l’aventure.

Avant de continuer dans ma critique, sachez que j’ai déjà chroniqué le pilot pour le site À Mon Humble Avis dont voici le lien [Série TV] Gotham : il y a du pour mais aussi du contre. Pour ceux et celles que ça intéressent je vais essayer d’étayer un peu plus mon propos puisque ma critique n’est plus à chaud.

Commençons par le commencement avec le casting. Pas de grands noms du cinéma, ni même de la télévision. Dans le rôle de Gordon, le héros je le rappelle, on a le droit à Ben McKenzie plus connu pour son rôle de beau gosse blessé et romantique dans la série Newport Beach (The O.C en vo) au début des années 2000. Pas forcément le choix que j’aurais fait pour incarner l’un des meilleurs alliés de Batman (avant que Bruce ne devienne le Croisé à la Cape), mais je dois reconnaitre qu’il vieillit bien et que son jeu n’est pas si mauvais. Les dialogues en revanche…mais c’est un autre sujet.

Selina Kyle qui rappelle terriblement... Michelle Pfieffer
Selina Kyle qui rappelle terriblement… Michelle Pfieffer

Ensuite dans les plus « grands noms » de la série, on retrouve Jada Pinket Smith (Matrix) plus connue pour être la femme de Will Smith que pour ses carrières cinématographique et musicale somme toute assez respectables. Elle incarne Fish Mooney, qui, si je ne m’abuse est un personnage inventé pour la série. Si je me trompe n’hésitez pas à me corriger 🙂 Donald Logue que j’affectionne beaucoup depuis la série déjantée Parents à Tout Prix, incarne l’inspecteur Harvey Bullock et le mec qui joue Alfred, le majordome/figure paternelle/médecin/conseiller du roi/alibi en tous genres, a joué dans beaucoup de films mais je ne le remet absolument pas.

Voilà ! Ensuite nous avons donc droit à d’illustres inconnus qui ont eu deux ou trois jobs avant ça mais rien de très remarquable. Gotham serait donc leur porte d’entrée dans la cour des grands. Ce n’est pas plus mal d’avoir choisi des acteurs et actrices qui ne sont pas associés à un rôle, ça leur permet de se fondre dans leur personnage et nous de ne pas rester bloquer sur un personnage qui n’a rien à voir avec Gotham.

Si le jeu d’acteur est trèèèèèèèèès moyen, je me demande tout de même si le problème réside dans le casting ou dans l’écriture de la série.

   En tant que grande amatrice de l’univers Batman, je reconnais que tous les comics (que j’ai lu) ne se valent pas, d’autant que la franchise existe depuis 75 ans ! On a forcément eu droit à quelques belles petites merdes insignifiantes, mais en règle générale, Batman c’est plutôt chiadé en terme d’écriture. Or, en ce qui concerne Gotham, j’ai des doutes. Outre le choix du synopsis principal, j’ai trouvé que les personnages étaient caricaturaux et insipides. Mise à part, éventuellement, le Pingouin, les autres me semblaient être des pantins dans un univers à l’image saturée. De plus, la série tente un arc secondaire avec la femme de Gordon, Barbara, mais cela peine à me convaincre. Pour moi, la seule Barbara Gordon intéressante c’est la fille du commissaire, mais c’est un autre débat. La Barbara de Gotham est donc une bimbo mondaine qui s’est entichée d’un épris de justice et qui fait ses petites magouilles dans son coin. Il y a assez d’histoires dans Batman pour ne pas en rajouter une couche mais c’est là tout le principe de Gotham. Une oscillation permanente entre hommage, adaptation et création originale.

Pingu !
Pingu !

   Mais que c’est bancale ! Je dirais même hésitant. Le premier épisode est une orgie de personnages iconiques qu’on nous balance à la figure toutes les cinq minutes sans prendre le temps de les former. On compte sur la connaissance collective du public et hop on remise les introductions correctes au placard et on fait c’est le tapin du fan service. Pire que le Bois de Boulogne, Gotham expose, non, prostitue Selina Kyle, Renée Montoya, Pingouin et Alfred Pennyworth sans vergogne et s’en gausse même. Pire ! On nous titille avec une possible origine du Joker ! Comble de l’ignominie et du mauvais goût en ce qui me concerne. J’apprécie les clins d’oeil furtifs, osés et caméos intrigants ou parodique mais Gotham n’est pas assez bien écrit pour tant de subtilité.

   Je dois vous l’avouer, je me suis bien emmerdée devant ce premier épisode. Alors je sais que de nos jours les pilot sont souvent décevants et que les nouvelles séries vont crescendo, voire, s’améliore dès le deuxième épisode mais tandis que je regardais Gotham et que je passais du rire aux larmes (nerveusement) en me roulant en boule sous le bureau, j’ai préféré nettoyer mon peigne à cheveux au coton tige que de continuer la série. J’ai pratiquement mis deux heures à regarder un pilot de 45′ tant je m’ennuyais. Tout comme le pilot d’Arrow que j’avais trop nul au possible, je n’exclus pas l’idée qu’un jour je retournerais à Gotham mais en attendant il y a d’autres séries à voir et une vie à vivre.

So long Gotham !

Publicités

Et toi tu en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s