en passant Dans l’Oeil de Balzi #4 : Poison Ivy aura enfin sa série solo !

Poison Ivy & Clayface (New 52)
Poison Ivy & Clayface (New 52)

Je ne m’en cache pas, j’adore Poison Ivy et je considère qu’elle est l’un des personnages féminins de l’univers Batman les plus intéressants qui soit !

Si le monde entier ne semble retenir que son allure attrayante, Pamela Isley est bien plus qu’une belle plante.

Elle est fière, indépendante, forte et ne recule devant rien. Elle n’hésite pas à utiliser les hommes qu’elle considère comme simples moyens d’arriver à ses fins et c’est rarement qu’on la voit en position de faiblesse (au pire elle échoue et se retrouve à Arkham). Le fait que son seul lien social soit avec Harley Quinn a rendu fou les fans et les lubriques qui se sont empressés d’imaginer moulte scènes girl on girl. Bon, OK certain fan arts sont chaud patate et certaines fan fiction laissent rêveurs mais là n’est pas le sujet.

La princesse du crime n’est autre que l’opposée de la vénéneuse Ivy. Elle se fait abuser par un homme – le Joker – ne jure que par lui et mène une lutte interne dans une quête persistante d’émancipation et d’indépendance. Elle vit la tête dans les nuages – explosifs – et s’étonne presque à chaque fois que son Mr J tente de l’exterminer.

dc-comics-harley-quinn-poison-ivy

C’est en s’associant à plusieurs reprises que les deux femmes vont le plus évoluer. Ivy va saisir l’importance de l’amitié, mettre un peu d’eau dans son vin tout en gardant ses valeurs intactes. Et tandis que Harley va se trouver une force de caractère insoupçonnée et se familiariser avec le concept du respect de soi. YOU GO GIRLS !

Bref ! Je m’emporte. Aujourd’hui je garde un oeil sur un projet bien tenu de la part de DC ComicsPoison Ivy: Cycle of Life and Death. À ce jour on ne sait rien quant au synopsis si ce n’est que l’auteure et illustratrice Amy Chu (DC Sensation : Wonder Woman) veut faire prendre à Pamela « une nouvelle direction ».

Mais où va donc Pamela Isley ?

La première image a avoir « filtrée » nous en dit à peine plus alors je spécule à coeur joie !

Dans un style très old school
Dans un style très old school
  • Poison Ivy est omniprésente et rempli le fond de l’image. Elle nous présente trois créatures féminines, liées comme elle à la nature, dans la paume de sa main. Cette présentation qui tente de mettre ces trois créatures au premier plan et le sourire satisfait de Poison Ivy me laisse à penser à la création, la mère fière de ses enfants « regardez comme elles sont belles et vénéneuses ! » Mais elle ne nous regarde pas. Elle veille plus sur la femme de droite, doit-on s’en méfier ? Poison Ivy aurait-elle transmis une partie de son pouvoir à trois femmes volontaires de vouloir rendre à Mère Nature ce qui lui appartient ? S’est-elle carrément clônée ?

Dans ses cheveux, si je ne dis pas de conneries (mais après tout je ne suis pas botaniste) on retrouve une grosse rose noire qui attire immédiatement le regard. La rose noire peut symboliser la perte d’un être cher ou bien un amour fou, une passion fatale. Ce qui laisse à penser que Poison Ivy les aime, les protèges et serait prête à tout pour elle. Et pourtant sa posture n’est pas très maternelle ni bienveillante. Elle nous les présente, met sa main en avant mais tient le reste de son corps en retrait, un peu sur le côté comme si elle voulait s’en éloigner ou bien les laisser s’envoler loin du nid (je vote pour la dernière hypothèse qui est plus National Geographic)

Les trois jeunes femmes possèdent toute un style différent, marqueur d’une personnalité à part de celle des autres.

poison-ivy-close-up

  • Toute à droite, celle en blanc fait penser à ces femmes fatales du futur imaginées dans les 60’s. Sous ses airs de douceur elle cache pourtant un air malicieux de ceux qui vous font douter de la sincérité d’une personne. Elle arbore une pose sexy, montrant de belles jambes galbées mise en valeur par un costume blanc immaculé. Encore une fois je ne suis pas botaniste mais elle me fait penser à une jeune pousse de lys sur le point d’éclore. Le fait que le regard d’Ivy soit porté sur elle peut laisser à penser qu’elle est la plus jeune, peut-être la plus fragile des trois. À moins qu’elle ne soit celle dont on doit se méfier le plus ?

poison-ivy-close-up-green

  • Sur sa gauche, la femme en vert est définitivement plus masculine. Ses muscles sont massifs et ronds telle une bodybuldeuse et sa position est dominante, solide. Elle a un style très Conan le Barbare avec un une pointe d’années 80 pour les épaulettes et sa figure en 8 très typique de l’animation/illustration de cette époque. Elle possède un regard franc et direct, elle ne doit pas être du genre à baisser les yeux et ses bras croisés sur la poitrine indique qu’elle se tient prête. Prête à quoi ? Là est toute la question mais une chose est sûre elle est en contrôle, sérieuse et déterminée.

poison-ivy-close-up-savage

  • Derrière elle se trouve une créature moins définissable. Il s’agit certes d’une femme mais ses traits sont cachés sous ses cheveux raides et sa posture, plus sauvage, est en partie cachée par la créature en vert.

Plus primitive que les deux autres – et que Ivy elle-même – son apparence, sa posture est aussi la moins « humaine ». Ses formes féminines sont à peine dessinées, bien que son corps soit très ciselée. Ses jambes et ses bras sont maigres mais suggèrent une agilité et une endurance sauvage. Ses doigts longs et fins se terminent par des griffes acérées très utiles pour grimper ou arbre ou dépecer n’importe quel animal. Sa peau est plus proche de celle d’un reptile que d’un être humain et son costume « pagne de feuilles de bambous » n’est là que pour renforcer l’aspect primitif et sauvage de la version préhistorique (?) à moins que DC ne soit trop frileux à l’idée de montrer un personnage entièrement nu.

À force de regarder ces trois femmes dans la paume de la main de Poison Ivy j’en viens à me poser une question qui me fait rêver sur la fameuse « nouvelle direction » que Amy Chu dit avoir prit avec cette mini-série : et si les trois femmes étaient trois aspects de la personnalité de Poison Ivy et qu’elle nous les présentait en l’état, sans masque, sans excuse ?

Voilà quelque chose d’intéressant et d’excitant. Une plongée dans la psyché de la belle plante. Et si le méchant pour une fois c’était Batman ? C’est pas con quand on y pense ! Car non seulement Ivy possède une grande inimité pour la gente masculine mais surtout prend pour cible ceux qui se mettent sur son chemin vertueux. Et c’est la différence avec la plupart des vilains Batman, Poison Ivy est persuadée que ce qu’elle fait est juste et vaut la peine de se battre. Elle ne se bat pas par égoïsme ni instinct de survie, elle se bat pour la nature, pour quelque chose de plus grand quel à l’héritage inestimable. Un peu comme l’homme chauve-souris se bat pour la justice…

Peut-être est-ce cet aspect là que Amy Chu va choisir de mettre en lumière en offrant une relecture profonde et originale à un personnage souvent vu comme simplement une femme fatale accro à la verdure.

Tout est sujet à interprétation tant les lèvres de DC et de l’auteure sont scellées.

Volonté artistique ou démagogie monétaire ?

Poison Ivy: Cycle of Life and Death fait partie d’une volonté de la part de DC de relancer de bons vieux personnages un peu oubliés ou de nouveau dans la hype du moment sous forme de mini-série avec un début et une fin.

Est-ce qu’il s’agit là de mettre sous le feu des projecteurs des personnages au potentiel jusque là non exploité ou mal exploité ? Ou une autre tentative de s’en mettre plein les fouilles avec un minimum de travail.

Dans la sélection qui commencera en 2016 on retrouvera en plus de Poison Ivy, The Swamp Thing, Katana ou encore Raven de Teen Titans GO…(y en a d’autres mais j’ai oublié qui XD) Tous ces personnages là – qu’ils retrouvent ou non leurs créateurs – possède une fan base enthousiaste et avide de nouvelles aventures et c’est pour cela que je m’interroge aujourd’hui. Quel est le but véritable de DC Comics avec ces nouvelles mini-séries limitées ?

Tout ce secret autour de Poison Ivy: Cycle of Life and Death m’inquiète un peu. On sait qu’il y aura 6 épisodes qui auront pour fonction principale de re-créer la mythologie Poison Ivy sans s’embarrasser avec une quelconque continuité. Initiative somme toute louable si derrière il y a une véritable volonté de traiter un personnage, très apprécié par les fans, avec respect et -j’espère- originalité et psychologie.

Jusque là on a eu droit à un peu toute les versions de Poison Ivy mais ce qui en ressort le plus est son côté vamp et sexy (ah tout ce fantasme hentaï avec ses lianes !). À ce jour -et sans avoir encore tout lu/vu – je crois que mes deux versions favorites du personnage sont celles dans Gotham City Syrens et la série vidéo-ludique Arkham

Poison Ivy: Cycle of Life and Death de Amy Chu bientôt en kiosque !

Publicités

Et toi tu en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s