en passant Dans l’Oeil de Balzi #7 : The Conjuring 2 et le retour de James Wan à l’horreur

petit rafraîchissement de mémoire

Depuis le septième volet de Fast & Furious et le tour de force que le réalisateur a accompli avec le décès malheureux d’une des stars de la franchise, James Wan est devenu le petit chouchou d’Hollywood. L’homme capable de l’impossible.

Depuis Saw, le réalisateur a su créer une aura de confiance autour de ses projets qui connaissent à la fois un succès d’estime de la part du public mais aussi une reconnaissance d’une partie de l’industrie tout en se contentant d’un seul genre…l’horreur.

Il a bien tourné autour du thriller vengeur avec Death Sentence (que je vous conseille pour les performances saisissantes de Kevin Bacon et Garrett Edlund) mais jusqu’en 2013 le nom – que dis-je ? – la marque James Wan était associée uniquement au cinéma d’horreur.

C’est donc avec beaucoup d’impatience que j’attend son retour derrière la caméra avec la suite de son excellent Conjuring. Contrairement à Insidious Chapitre 3 dont la réalisation fut laissée aux soins de son acolytes de longue date Leigh Whannell (celui qui incarne Specs depuis le début de la saga), Wan s’était alors contenté d’un boulot de producteur et/ou de scénariste en fonction du projet. Un peu comme Maitre Del Toro. Le génie derrière les monstres passe plus de temps à écrire des scénarii qui ne verront pratiquement pas le jour (en tout cas peu d’entre eux et encore moins sous sa direction) et à produire moultes projets qu’à vraiment réaliser. Bon…il faut dire que Del Toro en ce moment n’a pas vraiiiiment de chances avec ses projets pourtant tous plus alléchants les uns que les autres.

Pour en revenir à James Wan et à son second Conjuring, l’attente est énorme !!!

Non seulement parce que le premier fut parfaitement maîtrisé. On avait en face de nous un film sensible, deux portraits croisés de familles tourmentées par le surnaturel le tout avec une réalisation soignée et la juste dose d’hommage. Le film dans son fil rouge ne transpire pas l’originalité mais par son traitement pragmatique et son image naturaliste Conjuring surprenait beaucoup. Mais parce aussi parce que le réalisateur joue sa crédibilité en tant qu’auteur et metteur en scène d’un genre très friable.

À quoi s’attendre avec ce second volet ?

Déjà à des habitués.

Étant donné qu’il s’agit d’une nouvelle enquête du couple Warren, on retrouve évidemment Vera Farmiga et Patrick Wilson (qui signe d’ailleurs sa 4ème collaboration avec James Wan).

conjuring-warren
Madame et Monsieur Warren paré pour la prise sonore de l’au-delà

Mais le réalisateur récupère les mêmes producteurs (une relation de confiance ça s’entretient) et auteurs ce qui d’un côté est bon signe car ils maîtrisent le sujet – been there, done that – mais d’un autre l’équipe pourrait aussi se croire dans une zone de confort et prendre moins de risques que lors du premier film. Mais cela reste peu probable si on se base sur la saga Insidious dont le premier et le second volet sont tout aussi géniaux.

Donc on croise les doigts.

Du côté des nouvelles têtes, Conjuring 2 : The Enfield Poltergeist (le titre fait vieille production NRJ12 mais bon…) ira terrifier l’actrice Frances O’Connor qui joue une mère célibataire de 4 enfants dont l’une (ou plusieurs…j’ai pas trop suivi les rumeurs) des progénitures serait possédée.

L’histoire se déroule dans les années 70 dans un environnement de classe moyenne (on va pas dire pauvre maiiiiis pas loin) dans le nord de Londres. Et bien évidemment c’est inspiré d’un cas véridique et vérifié des véritables Warren. Le trouillomètre va donc crever les plafonds car rien de pire que de penser « eh merde ça pourrait m’arriver« . Il s’agirait cette fois d’une histoire de possession ou du moins d’esprit malfaisant accroché aux vivants, contrairement au premier film qui relatait l’histoire macabre d’une maison hantée.

Pour l’instant on en sait que très peu, la sortie – si Warner arrête de changer d’avis – devrait avoir lieu le 10 Juin 2016 et de l’avis de James Wan himself, sa pause action avec F&F7 lui a permis de se recentrer sur l’horreur, de se sentir comme revigorer vis à vis de ce genre auquel il a beaucoup donné et qu’il adore par-dessus tout.

Ah c’est beau cette passion pour les frissons.

Publicités

2 commentaires

  1. Autant j’ai adoré le premier Conjuring, autant le deuxième m’a profondément ennuyé… C’est d’une lourdeur incroyable et les baisses de tension et de rythme sur plus de deux heures de film, c’est vite venu à bout de ma patience. Je ne lui trouve rien d’effrayant, là où le premier m’a carrément mise mal à l’aise sur plusieurs scènes.
    Et puis, quid de cette scène où Mister Warren se met à chanter du Elvis Presley en mode Bégeay ? Quid encore du démon le plus maléfique de l’univers qui se fait fumer grâce à une version 2.0 de « Jacadi » ?
    Non franchement, décevant hein… (mais bande-annonce géniale encore une fois)(marketing de l’arnaque)

    J'aime

  2. Le premier met très très mal à l’aise je trouve.
    Que ça soit la mise en scène, les décors ou l’histoire il y a quelque chose de glauque que j’adore.
    Dès que j’aurai vu le 2nd j’en ferai sans doute un article. J’avoue que je n’ai pas entendu beaucoup de retours :/ faut dire que pas mal de ciné ont laché le film en cours de route (c’est pourquoi je ne l’ai pas vu encore…) mais je retiens le musicale de la chose ^^

    J'aime

Et toi tu en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s