Netflix mon héroïne

Un jour j’ai réalisé avec lassitude que j’en avais plus qu’assez de voir et d’entendre cette majorité jamais silencieuse d’homme blanc hétéro. Oui, je précise au cas où vous ne sauriez pas quelle est la majorité dominante dans notre société.

Blasé.gif

« Haaaan la misandre !!! Haaaaan la raciste !!! »

Alors misandre, oui, niveau intermédiaire Mais je gagne de l’XP chaque jour. Raciste ? Envers les blancs ? SERIOUSLY ???

Bref !

Quand je réfléchis aux séries qui m’ont marqué, celles qui viennent immédiatement en tête sont à 98% celles mettant en scène des femmes ou des jeunes filles au coeur de l’histoire. Les Incroyables Pouvoirs d’Alex. La Famille Delajungle. Buffy Contre les Vampires. Charmed. Une Nounou d’Enfer, Nathalie Vincent qui présentait M6 KID bordel !!!

 

Etc etc…

Même si je regarde encore beaucoup de shows mettant en scène du machos plus ou moins moucho blanco lorsque j’eus Netflix au bout des doigts, les premières séries à avoir attiré mon regard et attiser mon envie étaient :

Girlboss, Chewing-Gum, Greenleaf, Dear White People, et The Crown.

Sophia, Tracy, Grace, Sam (& Coco), Elizabeth. Je vous conseille chacune de ces séries.

girlboss-netflix

Sophia, une jeune femme en pleine désillusion préfère de vivre son rêve sans concession plutôt que de se conformer à ce qu’on attendrait d’elle.

C’est drôle, grinçant avec un beau message sur la persévérance et l’importance de croire en soi. L’écriture est vive, ainsi que le rythme – on ne s’ennuie pas une seconde – et ne cherchant pas à tout prix à être drôle, la série parvient à trouver le juste milieu entre humour et moments de vie poignants, très réaliste, sans drama outrancier.

chewing-gum-netflix

Tracy a subit une éducation religieuse diabolisant le sexe mais choisit de braver les interdits afin d’explorer sa sexualité naissante. Il lui faudra toute l’aide et le soutien de ses ami-e-s pour parvenir à maîtriser son excitation loufoque.

Sans doute l’ovni de cette sélection. À l’image de son héroïne, Tracy, qui est une jeune femme pleine de vie, toute en couleur (vestimentairement parlant c’est…quelque chose) qui ne comprend pas les subtilités des codes sociaux vis à vis des relations amoureuses et/ou sexuelles. Il serait facile de se moquer de Tracy mais elle nous fait prendre conscience de la complexité inutile des relations humaines. Les moments où l’on est franchement mal à l’aise c’est quand elle essaie de se conformer à une image dite conventionnelle afin d’épouser les codes féminins soi-disants importants (maquillages et cie).

greenleaf-netflix

Grace Greenleaf, qui a tourné le dos à sa carrière de pasteur depuis longtemps revient au domaine familiale pour honorer la mémoire de sa soeur qui s’est suicidé. Bien décidée à ne pas laisser les secrets pourrir un peu plus sa famille, Grace décide de rester afin de trouver la paix.

OUI, j’ai adoré un drama chrétien ! OUI ! C’est un peu le Dallas de la paroisse, produit par Oprah Winfrey et diffusé sur son network. Rivalités, argent, cadavres dans le placard et coeur révélateurs. On rajoute un poil de seikse et quelques gouttes d’alcool (faites gaffe, Sue Ellen va débarquer) et le tour est joué. Le fait que l’héroïne dans la série soit une ancienne star de la prêche, dans un environnement majoritairement masculin, dont le père ne rêve que d’une chose, qu’elle prenne le relais, ça vous fait quelque chose. Combien de fois l’histoire de fils prodigue nous a t-elle été racontée ? Maintenant laissons la place à la fille !

dear-white-people

Dear White People : Les revendications, parfois violentes, mais toujours nécessaires de toute une population encore opprimée alors qu’un président noir a obtenu deux mandats de suite à la tête du pays le puissant du monde ! BORDEL !

Série du même nom que le film qui fut accusé de racisme anti-blancs *se roule au sol pour éteindre les flammes de la bêtise* Tout aussi irrévérencieux et pertinent mais prenant plus le temps de développer les motivations et la parole de chaque personnage. Le film allait très vite car il y avait beaucoup de choses à dire et à montrer en très peu de temps et on pouvait facilement s’y perdre avec un seul visionnage. Comme le film à l’époque du temps jadis (2013-2014) la série Dear White People est E-SSEN-TIELLE ! J’insiste sur ce point. Si tu prends mal les propos tenus dans Dear White People, si ton égo est titillé ou si encore tu te surprends à prononcer cette merveilleuse phrase « non mais TOUS les blanc-he-s ne… » c’est que tu es pile poil dans la cible qu’iels cherchent à atteindre. La série s’adresse aux allié-e-s qui sous couvert de bonnes intentions disent et font des choses malaisantes et/ou discriminantes envers les personnes de couleurs, mais aussi à cette majorité de gens qui pensent que « nan mais c’est bon, les noir-e-s maintenant c’est comme les blancs. Y a plus de racisme. Et puis Obama quoi ! ». Dear White People devrait être reconnue Série d’Utilité Publique et enseigner à l’école (OUI) autant pour le fond que pour la forme. Étudiant-e-s en audiovisuels mater moi ces plans de folie ! Et cette lumière ! Argh ! C’est beau. C’est beau, c’est fort, c’est important, bref regardez Dear White People.

netflix-the-crown-bg-1

L’histoire touchante d’une jeune femme prenant le pouvoir trop tôt et qui tente de trouver sa place à la tête d’une monarchie au coeur des tourments médiatiques et familiaux, alors que l’Empire, autrefois le plus puissant du monde s’effondre.

Claire Foy a rendu le public de la série toute chose tant son interprétation de la Reine Elizabeth II est fine et juste. Pire ! Tout le casting est impeccable. On est habitué-e-s des belles séries anglaises avec des costumes et des décors saisissants de classes mettant en scène des personnages plein d’honneur dans le menton et de larmes dans le fond des yeux. Mais à chaque fois c’est une sensation de renouvellement qui nous prend aux tripes. Raconter les débuts de la reine, sans y aller de lourdeurs historiques et choisissant de parler en thématique plutôt que de manière chronologique est un pari réussi. J’ai eu l’impression d’être une petite souris assistant aux histoires qui font l’Histoire. Je ne sais qu’elle est le ratio réalité/fiction mais The Crown nous offre un voyage dans la tête et le coeur d’une des femmes les plus connues du monde et de l’Histoire et pourtant l’une des plus secrète. Le poids de la couronne est lourd à porter et la série parvient à jouer avec les mille et une nuances qui composent la jeune reine face à ses nouvelles responsabilités et les images différentes qu’elle doit entretenir au quotidien. C’est fascinant, tout simplement.

 

Voilà ! Rien qu’avec ce tout petit panel qui n’est même pas 100% représentatif et assez récent (parce qu’il y a encore Jessica Jones et consoeurs) on ne peut que se rendre à l’évidence : donner leur voix aux femmes (TOUTES les femmes) sans les objectifier ni les infantiliser ça.n’est.pas.compliqué ! Et non, ça ne brise pas les couilles en diamants des messieurs.

Et en plus c’est intéressant. Bien fichu. Pertinent. Mais aussi drôle ou poignant. Bref ! Bravo ! Merci à la peuplade de gens qui ont su donner vies à ces projets car bon sang ce que ça fait plaisir de voir autre choses que des lampes à la TV. Aucun de ces personnages féminins n’est pionnier de la prise de parole, mais bel et bien dans la continuité d’un travail de longue haleine, qui est loin, bien loin d’être terminé. Mais le sera-t-il vraiment ?

 

Publicités

Et toi tu en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s